équipages dans la tourmente



équipages dans la tourmente

 





Même au sol le métier d’aviateur n’est pas sans danger...


à 17h55 le caporal-chef mécanicien Jean Brouquier est grièvement blessé après avoir mis en route les moteurs du Bloch 200 n° 121 en exécution d’un ordre de vol de nuit.


L’hélice du moteur gauche tournant au ralenti le blesse au bras droit (fracture ouverte) et le blesse profondément à tête (région temporo-frontale gauche.


Jean Brouquier survivra miraculeusement à cet accident qui sera relaté dans la Dépêche du Centre (merci à Didier Lecoq pour la copie ci-contre de la coupure de presse) et continuera de servir en escadrille en dépit de la perte de son œil gauche.

Le ministre de l’air cite à l’ordre de l’armée de l’air :


« Brouquier (Jean-Marius), caporal-chef : excellent sous-chef mécanicien, d’une conscience et d’un dévouement à toute épreuve. Très grièvement blessé, le 20 octobre 1937, dans l’accomplissement de son devoir professionnel. Compte plus de 20 heures de vol. »


JO n° 283 du 6 & 7 décembre 1937 p.13303

20 octobre 1937 - Camp d’aviation