équipages dans la tourmente

 
 





 


Au revoir Messieurs, c'est nous qui sommes désignés

Pour huit jours, nous allons nous promener.


De bon matin, nous avons pris le train,

Sur l'terrain d'Lyon, nous avons fait escale,

Notre mission était de prendre en mains

Huit gros Léo qui s'y trouvaient sur cales.


Hello stockeurs, tout est paré ?

Tout est paré, Messieurs du convoyage,

Tout est paré, ou presque tout.

Il ne nous manque que 2 ou 3 fuselages,

Huit moteurs et 4 ou 5 roues.

Un écouteur

Une goupille

Un compresseur

Les insignes d'escadrilles

Mais qu'est-ce que ça fait, Messieurs du convoyage,

En vol faites en donc l'essayage.


Protégez moi, Maître de la nature,

Je pars pour l'inconnu et dans l'immensité,

Je n'connais pas du tout cette voiture

Pourquoi donc je vous prie,

Vouloir me chahuter.

Ayez pitié d'une pauvre créature

Qui ne mérite pas

Ce passage à tabac.


Nous partons en section,

Vers la terre algérienne.

Nous savons bien quand nous en reviendrons

Hélas dans moins d'une semaine

Nous serons à nouveau de retour

Auprès de nos vieilles amours

Du départ voici venu le jour.


Méditerranée je viens te remercier,

D'avoir mis sur notre trajet,

Majorque pour nous repérer.


On a fait un ch'min fou,

Pour arriver à Matifou,

Mais tout cela n'empêche pas

Qu'on a quand même bien vu Blida.


Blida terre promise,

À tout'nos convoitises

Chez toi nous avons trouvé,

Tout ce que nous venions chercher.


Tout le bon tabac, c'est pour nos papas,

Et le lait Nestlé c'est pour nos bébés,

La sardine c'est pour notre copine,

La dattine c'est pour notre voisine,

Tout est terminé allons embarquer.


Nuit d'Alger, oh douce nuit calme et tranquille

Nuit de rêves, tu t'achèves.


Et çà fait zi ... boum à l'extérieur,

Un drôle de zi ... boum plein de fureur,

Qu'est ce qui se passe, tacatacatacatac

Ç'me tracasse, tacatacatac

Qu'est c'que vous venez donc foutre ici.


Je suis simplement venu,

Vous dire bonjour,

Et vous ?


Nous étions venu simplement

Histoire de rapporter quelques cigarettes,

Nous avons seulement

Dans notre mallette,

Un p'tit peu d'argent

Et envie de faire la fête.


Mais puisqu'ici vous êtes

Pleins de bonnes intentions,

Nous n'donnerons pas not'place

Mais donnez nous des avions.


Au revoir, mon pays,

Oui bientôt nous te reverrons

Et ta terre jolie,

Bientôt nous foulerons.


Quand tes villages,

Nous traverserons librement,

Ce sera seulement

La fin du CONVOYAGE.

Le 3 novembre 1942 huit équipages du GB I/31 sous le commandement du Cdt Charles Lauzin décollèrent d’Istres, laissant derrière eux la Crau, aussi riche en cailloux que pauvre en ressources alimentaires, et traversèrent la Méditerranée pour convoyer à Blida 8 LeO 451 neufs.


Mis dans le secret par un camarade du débarquement prochain en AFN des alliés, le Cdt Lauzin retarda le retour de ses équipages pour leur permettre de reprendre la lutte contre les Allemands.


Et c’est ainsi qu’un convoyage de quelques jours se transforma en 2 ans et demi de combats au sein des unités de Marauder, d’Halifax, de Mustang et de Lightning...